#ChangeManagement #Hypnose #Communication

Prenez un instant et posez-vous cette question :

Que vous soyez dans un métier technique ou pas, à quoi passez-vous le plus clair de vos journées ?




A communiquer n’est-ce pas ?

Nous communiquons avec les autres, que l’on écrive, parle ou même que l’on jette un regard lourd de sens à un client, un prospect, un fournisseur, un collègue, son manager ou son patron…

Et quand ce n’est pas avec les autres… c’est avec soi-même que l’on communique !

Nous nous faisons des « films » (parfois des films d’horreur, parfois des films plus positifs et porteurs). Et nous nous parlons à nous-mêmes (choisissant rarement consciemment les mots que l’on utilise et le ton qui les véhicule) pour se motiver, dépasser la procrastination, gérer le stress, trouver des solutions… ou pas !

La communication : un outil essentiel mais méconnu

Bien que ce soit notre activité principale et que son impact soit donc prépondérant sur notre efficacité professionnelle… il semble que rares sont ceux qui le font en conscience et en connaissance de cause. Nous faisons « sur le tas », en croisant les doigts pour que cela fonctionne. Nous faisons comme nous l’avons appris, comme on nous l’a appris.

Si nous parlions à nos familles, amis et collègues, de la même façon que l’on se parle à nous-même, sans filtre et avec une exigence aussi élevée, nous nous retrouverions rapidement seul. Les mots que nous utilisons pour communiquer avec nous-même et avec les autres ont un impact très important sur notre bien-être et notre vision du monde. Le corps et l’esprit sont reliés par les mots. Pourquoi ne pas choisir la bienveillance avec nous même?

Il existe bien-sûr des formations en communication, par exemple pour apprendre à pitcher, pour acquérir des techniques de vente ou des modèles type MBTI ou DISC. Des outils intéressants, certes, mais qui ne dévoilent pas véritablement les ressorts profonds de la communication.

Nous avons d’ailleurs bien du mal à expliquer ce qui rend notre communication parfois efficace : qu’est-ce qui fait que parfois nous arrivons à connecter efficacement grâce à de mystérieux « atomes crochus » qui font passer nos idées et recevoir celles des autres de manière fluide ? Que nous réussissons une vente ou une négociation sans effort ? Que l’on arrive à motiver un collaborateur ?…

Et inversement, pourquoi, parfois, nous pouvons nous trouver bloqués dans un dialogue de sourd ou empêtrés dans un conflit ? Que malgré tous nos efforts, les gens semblent s’obstiner à « résister » au changement, comme on l’entend souvent ?

L’hypnose : une alliée pour mieux communiquer

C’est ici que l’hypnose rentre en jeu. En effet, de mieux en mieux connue du grand public grâce à son utilisation croissante et médiatisée à l’hôpital et en thérapie notamment, l’hypnose est un art de la communication par excellence. Nous sommes tous des hypnotiseurs en herbe, même si nous ne maîtrisons pas la technique.

La réputation sulfureuse de l’hypnose vient de l’hypnose spectacle dont le plus connu est Mesmer. Elle permet en effet, par la communication, de faire faire des choses ridicules aux sujets doués dans les spectacles ; et elle permet, par la communication encore, d’aider les gens à mettre en place de nouvelles habitudes efficacement en thérapie, comme arrêter de fumer presque miraculeusement.

Elle permet surtout, toujours par la communication, de se programmer, c’est-à-dire communiquer efficacement en auto hypnose avec soi-même, avec la partie de nous qui gère les habitudes, les automatismes et les émotions, pour faciliter sa mise à jour avec créativité, et donc de fonctionner de manière plus efficace dans la vie. Les principes de l’hypnose sont fondamentalement positifs et bienveillants. L’hypnose thérapeutique (Ericksonienne) s’appuie sur des principes forts (cf ci-dessous).

Bien-sûr, nous pouvons appliquer les principes de l’hypnose au enjeux professionnels.

Ce serait bien mal comprendre cette méthode que de l’utiliser pour faire faire la poule à votre patron ou à manipuler tous vos clients pour qu’ils achètent vos produits contre leur volonté et leur intérêt. Vous connaissez cette sensation quand un commercial essayer de vous vendre un abonnement téléphonique ? Vous essayez de raccrocher et pourtant tout dans son discours vous oblige à poursuivre la conversation ? A la fin vous avez peut-être envie de dire « oui » et pourtant vous ressentez un malaise. Il utilise une version détournée de l’hypnose. A défaut de recourir à ces techniques, en les connaissant, vous pouvez couper court à leur communication.

Cela permet de comprendre les ressorts de la motivation et de la décision, les vôtres et ceux de vos interlocuteurs, pour tirer le meilleur de vous-même et développer des relations gagnant-gagnant, avec élégance et respect, et ce avec un maximum d’interlocuteurs.

Exemple de cas : l’hypnose appliquée aux enjeux professionnels

Comprendre les mécanismes subtils de la communication explique ainsi ce qui se passe lorsque nous procrastinons, et nous donne surtout des clefs pour dépasser ces ambivalences internes que nous avons tous vécues, et qui sont si limitantes.

  • Cela permet d’apprendre à canaliser le stress de manière productive et efficace.
  • De développer des compétences que l’on a pu croire inaccessibles, et de rendre – par exemple – la prise de parole en public facile et agréable. Si certains en sont capables, pourquoi pas nous ?
  • Intégrer les techniques de l’hypnose à la palette de ses outils professionnels décuple également les compétences interpersonnelles, ouvrant les portes d’une plus grande flexibilité relationnelle, et nous rendant ainsi capables de mieux nous adapter à différents interlocuteurs.
  • Ainsi, lorsque l’on comprend ce qui ennuie les gens en réunion, se dessinent des pistes pour les rendre intéressantes, captivantes, donc attractives et productives.Cela accroît nos marges d’action pour arriver plus facilement à convaincre son n+1 de l’intérêt d’un projet, ou d’une augmentation.
  • Nous donne des leviers pour (re)motiver un collaborateur sur un projet, en comprenant les ressorts de sa motivation propre.
  • Et si je vous demande d’être charismatique, pouvez-vous le « faire sur commande » ? Non. Le charisme ne se décide ni ne se décrète pas consciemment, volontairement. Il est le produit d’automatismes inconscients. En comprenant ce qui le génère ou l’empêche, à ces niveaux subtils, permet d’avoir prise dessus et de pouvoir les orienter.

En un mot, l’hypnose appliquée aux enjeux du monde de l’entreprise apporte des outils concrets pour rénover sa communication à soi et aux autres, et ainsi booster son efficacité professionnelle.

Un grand merci à Adrien, expert Wizifin en hypnose et communication, pour sa contribution à cet article !

Adrien consultant WIZIFIN expert communication

Partagez cet article